L'impact de l'attitude envers le tourisme médical et la confiance dans les soins d'un pays sur l'intention de se soigner à l'étranger : le cas libanais

Nom: 
MOUCHANTAF
Prénom: 
Rachelle
Directeur de thèse: 
Joël Brée
Établissement d'appartenance: 
Université Caen Normandie
Thème: 
Thème 2. Cultures, Identités et Consommation
Résumé: 

L'impact de l'attitude envers le tourisme médical et la confiance dans les soins d'un pays sur l'intention de se soigner à l'étranger : le cas libanais

Le tourisme médical est un phénomène fondamental du fait de son actualité. Son importance réside aussi dans sa mondialisation, puisqu’il touche la plupart sinon tous les pays du monde. En effet, plus le temps passe, plus les gens s’approprient l’idée d’aller se soigner à l’étranger. Cette activité est donc en perpétuelle croissance dans le monde entier. Ainsi, même si un pays n’est pas destinataire, il est néanmoins émetteur des voyageurs de santé vers d’autres pays ; c’est-à-dire que la plupart des pays du globe terrestre participe à ce flux de patients, que ce soit en tant que pays récepteur ou pays émetteur. Les Etats-Unis, par exemple, voient leurs patients se soigner de plus en plus à l’étranger. Cette augmentation a atteint plus de 4.5 millions d’américains dans les dernières années. En effet, nous estimons que, dans le monde, 20 millions de touristes médicaux sont allés se faire soigner à l’étranger en 2015. Le Tourisme Médical a généré entre 60 et 70 milliards de dollars Américains de chiffre d’affaires. Nous nous attendons à voir ce chiffre doubler au minimum dans les 5 années qui viennent. Les Américains privilégient majoritairement les pays d’Amérique du Sud (comme le Brésil, la Bolivie et le Costa-Rica) pour leurs soins esthétiques et chirurgicaux. Les Européens qui préfèrent rester en Europe, choisissent la Hongrie ou encore la Roumanie pour leurs soins ou les chirurgies esthétiques ; d’autres préfèrent aller se faire soigner en Tunisie ou au Maroc. En ce qui concerne les pays du Golfe et une majorité de pays du Moyen-Orient, la Jordanie ainsi que le Liban représentent les pays destinataires des soins esthétiques; cependant leurs parts diffèrent énormément puisque le Liban reçoit de plus en plus des patients internationaux (à l’extérieur du Moyen Orient et des pays du Golfe). En effet, selon le Ministre du Tourisme Libanais en 2015, Beyrouth (Capitale du Liban) est aujourd’hui considérée comme la capitale mondiale de la médecine esthétique ; il a même dépassé le Brésil, anciennement considéré comme étant le pays de destination esthétique, Ceci a était confirmé en Novembre 2015, lorsque le Liban a accueilli le 8ème forum du Tourisme Médical. Cette conclusion importante a été reprise à Dubaï au 9ème forum du Tourisme Médical qui a eu lieu au printemps 2016. De plus, le Ministère du Tourisme Libanais confirme que le Tourisme Médical contribue à plus de 20% du PIB de certains pays développés. Le choix du sujet de notre thèse portant sur le Tourisme Médical Libanais a été justifié par l’actualité de cette pratique d’une part, et par son importance économique d’autre part.

Pour dépasser certains constats et apporter une contribution académique sous forme de connaissances nouvelles, nous avons décidé d’étudier deux aspects importants de la littérature et leurs effets sur l’intention de se soigner à l’étranger. Ainsi, nous avons choisi de nous appuyer sur la confiance dans les soins d’un pays et sur l’attitude envers le Tourisme Médical. Ces deux concepts, largement étudiés et discutés dans la littérature socio-psychologique ainsi que dans les domaines de la gestion et du marketing, n’ont cependant jamais été exploités avec le Tourisme Médical. La question de recherche est ainsi la suivante : l’impact de l’attitude envers le Tourisme Médical ainsi que la confiance dans les soins d’un pays sur l’intention de se faire soigner à l’étranger. Le cas Libanais.

Expliquons brièvement à présent la méthodologie de notre recherche et sa posture épistémologique. En principe, pour répondre à notre problématique, il faudrait faire une ou plusieurs études desquelles vont sortir diverses conclusions. Celles-ci vont représenter les réponses à la problématique en jeu. Pour cette recherche, les études seront divisées en deux parties : une partie qualitative et une autre quantitative. L’étude qualitative est menée sur un ensemble de gens non libanais (une douzaine), particulièrement des patients, qui ont tenté ou pas des soins au Liban. Cette étude qualitative est intéressante pour venir compléter la revue de littérature et parvenir ainsi à un cadre conceptuel (appelé aussi modèle contextuel), sur lequel viendra s’appuyer le questionnaire de la deuxième étude, à savoir la partie quantitative de notre démarche empirique. Cette dernière est menée sur un échantillon important, avec des nationalités toujours non libanaises. Son but est de vérifier ou de rejeter les hypothèses rédigées pour tester notre modèle conceptuel. Nous serons donc en présence de deux études complémentaires fondamentales pour la construction de la thèse. Nous allons ainsi privilégier une démarche hypothético-déductive, et nous nous inscrirons dans une approche positiviste.

Passons à présent à l’annonce du plan de la thèse. Après l’introduction générale, la première partie détaillera la revue de littérature des principaux concepts de la thèse. Dans le cadre du sujet de notre thèse, l’état de l’art discutera les principaux concepts de la recherche : le Tourisme Médical, la confiance, et enfin l’attitude et l’intention. Dans la deuxième partie, nous détaillerons notre étude qualitative dont le but est de pallier les manques de la littérature. Cette étude repose sur un nombre limité de gens puisque la représentativité de l’échantillon n’y est pas statistique mais théorique. La combinaison de ces deux sources d’information nous permettra de construire notre modèle conceptuel et d’en tirer les hypothèses que nous chercherons à tester. Nous allons donc expliquer, en plus de la finalisation du cadre contextuel et de l’émission des hypothèses, les échelles de mesure à utiliser pour étudier ces hypothèses. La troisième partie, qui déroule toute l’analyse quantitative a pour finalité de tester nos hypothèses et de discuter les résultats obtenus. Nous discuterons les validations ou les rejets des hypothèses en faisant un bouclage théorique, c’est-à-dire en confrontant nos résultats à la littérature qui nous avait permis de bâtir le cadre conceptuel. Enfin, nous terminerons par une conclusion générale dans laquelle nous reprenons les principaux apports – tant théoriques que managériaux de la thèse tout en en soulignant les limites ; nous y indiquerons également des pistes de recherche futures