Acculturations du consommateur à partir des parcours migratoires : Le cas des venants sénégalais

Nom: 
NDIONE
Prénom: 
Louis-César
Directeur de thèse: 
Eric REMY
Établissement d'appartenance: 
Université Rouen Normandie
Thème: 
Thème 2. Cultures, Identités et Consommation
Date de soutenance: 
Lundi 02 décembre 2013
Résultat soutenance: 
admis au grade de docteur en sciences de gestion
Résumé: 

Dans le courant de la théorie culturelle de la consommation (C. C. T. ) et des postures identitaires en particulier, cette thèse a cherché à dépasser les recherches classiques effectuées autour de l’acculturation de la consommation et a porté sur les migrations en mouvement. Celles-ci ont aussi été étudiées dans une perspective diachronique. Le cas empirique des « venants » désignant la diaspora sénégalaise de France qui revient en « en vacances » au pays d’origine a été au cœur de cette recherche. Cependant, l’expérience migratoire de ces venants n’est pas à considérer comme un mouvement migratoire unique. Il est à replacer dans une visée globale étant donné qu’avec la mondialisation de la migration et l’ère des mobilités, ces mouvements d’allers-retours se font à la fois d’un point de vue infranational qu’international d’une part, tant au nord comme au sud d’autre part. Dans une perspective qualitative et interprétative, nous avons débuté notre recherche de terrain par une ethnographie multi-située auprès de l’immigration identitaire des travailleurs soninkés dans les foyers hétérotopiques de Rouen puis dans leurs villages d’origine. Ensuite, au-delà de cette immigration traditionnelle sénégalaise, nous avons élargi, notre population d’étude vers d’autres parcours migratoires dé-communautarisés et sédentarisés. Dans ce cadre, des récits de vie ont été mobilisés comme outil de collecte de données. Les résultats de cette recherche permettent de montrer dans la culture de la migration, l’importance des parcours de socialisation dans les trajectoires identitaires de ces migrants et leurs pratiques de consommation. Par conséquent, en dehors des travailleurs soninkés, nous avons différencié trois mouvements identitaires au sein des autres parcours migratoires. De même, il est apparu que les formes d’échanges, au cœur de ces mouvements d'allers-retours, participent de la mondialisation de la culture et de la marchandisation du monde. Chez les travailleurs soninkés, elles gardent une figure traditionnelle. Au sein des autres parcours migratoires, une logique de distanciation s’observe.