Séminaire doctoral <> Retours et détours sur la Consumer Culture Theory

Séminaire Doctoral : Retours et détours sur la Consumer Culture Theory

 


Mardi 15 mars 2011

10h-12h : REtours et détours sur la CCT par Søren ASKEGAARD (Professeur University of Southern Denmark)
Nous assistons actuellement à la quasi-institutionnalisation de l'approche de la recherche sur le consommateur qu'Arnould et Thompson (2005) ont baptisée CCT. L’institutionnalisation d’une « école de pensées » (pluriel délibérément choisi) nécessite de revenir sur les thèmes favoris ainsi que sur les fondations épistémologiques de la CCT. Nommer, c’est catégoriser et catégoriser implique de dresser des frontières, ce qui conduit ipso facto aux procédés d’inclusion et d’exclusion. Malgré les tendances récentes qui visent à dépasser le niveau individuel pour expliquer le comportement du consommateur, la majorité des études au sein de la  CCT continuent de se concentrer sur la signification et les projets identitaires du consommateur individuel. L'objectif de cette présentation article est d'approfondir le développement d'une recherche de type CCT orientée d'un point de vue contextuel (social, culturel, politique et institutionnel) en formulant un ensemble d'arguments épistémologiques attestant de son efficacité. Nous avons l'intention d'y parvenir en discutant le centrage individualiste et expérientiel que l’on retrouve dans la plupart des recherches de tradition CCT. Nous poursuivrons par une synthèse de certaines des limites déjà mises en évidence causées par le centrage sur l’individu dans la CCT. Bien que nous critiquions l'utilité limitée de la phénoménologie existentielle dans la construction de la connaissance du comportement du consommateur, nous reconnaissons également l’apport des courants de pensée phénoménologiques inhérents ou non à la CCT. Ces courants sont fondés explicitement ou implicitement sur une épistémologie qui dirige l'attention vers le consommateur ancré socialement et culturellement.

14h-15h45 : Théorie du REenchantement de la consommation et de la distribution expérientielle, par Olivier BADOT (Professeur ESCP-Europe / IAE de Caen)
Après avoir présenté les fondements managériaux et théoriques de la théorie du réenchantement de la consommation et de la distribution expérientielle, ce séminaire analyse les problématiques, méthodes et enseignements présents dans la littérature du courant CCT/PCC. Finalement, il présente, à titre illustratif, des recherches récentes sur ces thématiques.

16h15-18h : RE-créativité ou stoechiométrie de la consommation, par Véronique COVA (Professeure Université Aix-Marseille)

Tout comme produire n’est pas créer, re-créer n’est pas reproduire. Le consommateur re-crée dans son esprit et dans ses pratiques ce que l’homme de marketing a créé. Il crée une autre réalité productrice ou destructrice de valeurs. La re-créativité décrit la capacité individuelle et/ou collective des consommateurs à imaginer, construire, mettre en acte, un concept neuf, une idée inédite, un objet nouveau, un processus original, une solution avant-gardiste, une valeur inattendue. La re-créativité puise dans des gisements de ressources comme de rebus (recyclage). Et cette re-création est profondément récréative.
 
Mercredi 16 mars 2011

9h-10h45 : REsistance dans le champ du marché, par Dominique ROUX (Professeure Université Paris-Sud)
Le marché contient en germes et en actes des mouvements de protestation, d’opposition ou de défection des consommateurs qui depuis peu suscitent l'attention dans le champ du marketing. L'objectif de la présentation est d'abord d'en saisir les formes d'expression (audibles ou silencieuses, collectives ou individuelles, ciblées ou diffuses), puis d'en explorer les motifs, avant de replacer ceux-ci dans la perspective théorique de quelques grands auteurs de la sociologie ou de ses versants critiques (Foucault, Latour, Bourdieu, Boltanski).

11h15-12h30 : REligions instituées, religiosités instituantes et dynamique des marchés, par Philippe ROBERT-DEMONTROND (Professeur Université Rennes 1)
Mythes et méta-récits animent les comportements de consommation. Parfois de manière évidente – lorsque des orthodoxies et des orthopraxies cadrent explicitement les pratiques, définissant, pour un collectif, le licite et l’illicite, l’adéquat et l’inadéquat ; et parfois de façon plus occulte - en structurant silencieusement les imaginaires au fondement des conduites de consommation. L’exposé rapporte plusieurs plongées anthropologiques en des mondes où ces phénomènes sont particulièrement marqués, au point d’affecter significativement la dynamique des marchés.

14h-15h30 : SESSION PLENIERE - Pourquoi et comment mobiliser la Consumer Culture Theory dans un projet de thèse ?

 

Catégorie: 
Manifestation
Site: 
Université Rouen Normandie
Date de début: 
Mardi 15 mars - 9:00
Date de fin: 
Mercredi 16 mars - 15:30
Thème: 
Thème 2. Cultures, Identités et Consommation