Innovation & Coopération

La capacité des entreprises à renouveler leurs modes d’organisation ou leurs offres de produits et de services  se trouve au cœur de leur recherche de compétitivité. Ainsi, l’émergence d’idées nouvelles et leur transformation en innovations préoccupent à la fois les manageurs et la communauté académique. Le processus d’innovation implique désormais des acteurs appartenant à différentes entreprises ou communautés et des enjeux, relatifs aux coopérations entre ces acteurs et à leur organisation au sein de chaînes de valeur, émergent.

 
De plus, de nouveaux acteurs socio-économiques et politiques se retrouvent impliqués dans ces innovations du fait de l’imbrication de plus en plus forte des entreprises dans l’évolution des sociétés et des territoires. Les modes de coopération et d’innovation connaissent de profonds bouleversements avec la mise en place de nouveaux modes de gestion des supply chains, des pratiques d’innovations ouvertes et le développement de nouvelles dynamiques territoriales. Une interrogation profonde, dont les chercheurs de l’axe se saisissent aussi, portent sur l’efficience et l’efficacité de ces nouveaux modes de gestion impliquant plus d’acteurs et reposant sur des critères de performance de plus en plus complexes à la fois économiques, sociaux et écologiques.
 
La thématique de recherche proposée autour de l’innovation et la coopération comprend donc deux axes principaux. Le premier concerne les dynamiques coopératives et territoriales relatives à l’innovation et le deuxième axe la gouvernance et performance de la relation inter-firme.
 

Axe 1 - Dynamiques coopératives et territoriales

Les dynamiques coopératives témoignent de profonds bouleversements avec des modes de développement de plus en plus ouverts comme l’open innovation, la R&D et les modèles d’affaires ouverts. Ces transformations affectent la dimension territoriale de l’innovation : des entreprises de différentes tailles coopèrent localement et disséminent ensuite les connaissances produites à l’échelle mondiale. Par ailleurs, de nouveaux espaces innovants émergent : espaces de co-working qui associent des collaborateurs au statut divers qui œuvrent dans un même lieu.

L’ensemble du processus d’innovation connait aussi des bouleversements. Ainsi, les idées d’offres nouvelles sont co-produites avec des partenaires mais également avec des clients. Le crowdsourcing, ou l’externalisation du processus d’idéation, se développe dans de nombreux types d’industries, de la production logicielle aux produits de grande consommation. La R&D est en partie externalisée sous forme de coopération ou par la mise en place de dispositif d’essaimage pour les projets en rupture avec la stratégie de l’entreprise. Finalement, ces modèles d’innovation transforment la chaîne de valeur de l’entreprise et ses relations avec les fournisseurs, distributeurs et entreprises proposant des produits complémentaires. Les modes de financement de l’innovation sont également affectés avec des dispositifs de crowdfundings et le lancement par les grandes entreprises d’appels à projet pour identifier des start-ups prometteuses et participer à leur développement. Différentes problématiques peuvent donc être abordées au sein de cet axe et concernent notamment : la relation entre les nouvelles dynamiques de coopération et l’espace, les processus créatifs et de co-production d’idées, le développement de produits nouveaux, les problématiques de confiance, d’échange de connaissances et de jeux de pouvoir au sein des coopérations, les tensions et la transition entre différents modes d’innovation, le déploiement de nouveaux systèmes de financement de l’innovation, les processus de transformation et d’évolution des modèles d’affaires et de la chaîne de valeur et les dispositifs d’essaimage.
 
Les chercheurs de cet axe mobilisent à la fois des méthodes qualitatives et quantitatives et travaillent en étroite collaboration avec des organisations telles que les pôles de compétitivité, des entreprises agro-alimentaires ou industrielles.  Des ateliers thématiques, notamment sur l’innovation ouverte, ont été organisés. La valorisation scientifique s’effectue également par le biais de publications d’ouvrages, d'articles parus dans des revues françaises et anglophones et conférences à destination d’un public de professionnels.
 
L’animation de l'axe s’articule autour de trois types de sessions, qui se déroulent alternativement sur les trois sites normands :

  • Des présentations et discussions visant à améliorer les chances de publication d’un papier dans une revue. Ces sessions comprennent une présentation courte d’un papier, la discussion par des reviewers et éventuellement une présentation d’une revue.
  • Des échanges d’informations sur des bonnes pratiques dans notre métier : diffusion des papiers, conférences majeures dans le champ, participations aux ateliers, appels à projet et demandes d’entreprises
  • Des sessions plus longues pendant lesquelles nous faisons intervenir des professeurs invités français ou étrangers.

Mots clés : réseau, innovation ouverte, créativité, R&D, idées, chaîne de valeur, territoire
 

Axe 2 - Gouvernance et performance de la relation inter-firme

Léquipe de chercheurs composant cet axe tente de comprendre comment les entreprises imaginent des organisations innovantes pour gouverner les chaines logistiques. D’une approche technique de la gestion du transport de marchandises, l’analyse de la supply chain est passée à une approche systémique dans laquelle le territoire est vu comme un système complexe composé de sous-systèmes (corridors, flux de personnes, réseaux d’entreprises, institutions publiques et parapubliques… ) qui doivent être coordonnés dans l’objectif d’une performance économique, sociale et environnementale globale.  Parmi les champs d’application des recherches de cet axe, la mutualisation et les corridors logistiques sont particulièrement représentés et développés ici.
 
Un des leviers ou variables stratégiques pouvant améliorer la performance de la logistique, notamment en milieu urbain, est la mutualisation. Cette stratégie représente une coopération entre différentes parties prenantes public-privées. Elle est à la fois présentée comme une solution susceptible d’éviter la redondance des actifs (et donc des ressources), en les optimisant, et le moyen de limiter les coûts économiques et environnementaux.

En ce qui concerne les "corridors logistiques", ils correspondent à de véritables interfaces entre les chaines logistiques mondiales et les foyers de production/consommation. Les flux parcourant les corridors desservent les différents points de concentration d'activités productives (clusters industriels par exemple), de consommation (centres urbains notamment) et d'échange internationaux (places portuaires, aéroports...), qui constituent une mosaïque de territoires devant se coordonner pour exploiter leurs avantages et complémentarités de façon optimale. Les enjeux majeurs des corridors sont la facilitation de ces flux, le développement des transports multimodaux économes en énergie, l'interfaçage de ces derniers avec la logistique de distribution et la prise en compte des externalités causées par les activités de transports, d'industries et de services situées le long des corridors.

La prise en compte du territoire dans son ensemble pose le problème de sa gouvernance et de l’efficience de celle-ci face aux problématiques socio-économiques et environnementales du transport de marchandises. En effet, la gouvernance des territoires des corridors logistiques est souvent éclatée entre les différentes parties prenantes des corridors et se heurte régulièrement aux intérêts individuels de ces dernières. La problématique porte alors sur les modes et structures de gouvernance permettant de concilier l’intérêt individuel et l’intérêt collectif, élément déterminant de leur attractivité dans la compétition mondiale. Parmi les questionnements de cet axe figurent la modélisation des organisations innovantes en réseau (structure et pilotage), les déterminants de la performance économique et environnementale des configurations inter-entreprises ou encore les facteurs clès de succés des formes d’organisation innovantes, comme de nouvelles formes de mutualisation.

Les recherches effectuées dans cet axe reposent sur des méthodes d’analyse et de collecte qualitatives et quantitatives ainsi que des calculs d’optimisation. De plus, les chercheurs travaillent en collaboration avec des organisations telles que les pôles de compétitivité (NOVALOG), des entreprises industrielles ou de distribution ainsi que des collectivités territoriales. L’animation de l’axe a pour objectifs de favoriser les échanges de travail dédiés à l’axe. Afin de lancer une dynamique, il repose 3 objectifs opérationnels : permettre la connaissance de la recherche et des réseaux de recherche des membres de l’axe en interne et vers l’extérieur, susciter des collaborations inter-sites, et faire émerger des projets concrets de publications entre membres des différents sites sur les concepts originaux développés par le laboratoire sur la gouvernance et la performance de la relation inter-firme. La recherche sur cet axe se concrétise, entre autres, à travers des projets de recherches régionaux et européens, des contrats de recherches… et donnent lieu à communications et publications dans des colloques et revues nationaux et internationaux.

Mots clés : Projet, Processus, Réseaux, Supply Chain, Système d’information, Logistique, Relations inter-entreprises, coopération, management portuaire


Plus d'informations

 


Contacts

Ce thème est co-animé par Albéric Tellier, Professeur des Universités à l'Université de Caen Normandie et Claire Capo, Maître de Conférences à l'Université Le Havre Normandie

Responsable de l'axe "Dynamiques coopératives et territoriales"

Albéric TELLIER

alberic.tellier@unicaen.fr

Responsable de l'axe "Gouvernance et performance de la relation inter-firmes"

Claire CAPO

claire.capo@univ-lehavre.fr