55 ème colloque ASRDLF 2018, CAEN, session: Du développement agricole durable à la RSE de l’agriculture

55 ème colloque ASRDLF 2018, CAEN, session: Du développement agricole durable à la RSE de l’agriculture
 

La question de la durabilité dans le développement agricole est un sujet sensible dans un contexte historique de promotion du modèle de l’agriculture intensive depuis l’après-guerre.
 
Toutefois, au début des années quatre-vingt, un mouvement de contestation du modèle de l’agriculture intensive a émergé progressivement (Buttel, 1993 ; Harwood, 1990). Initialement et longtemps embryonnaire, ce mouvement a connu une accélération plus rapide ces vingt dernières années avec un impact variable selon les pays et leur politique agricole. Aujourd’hui, l’agriculture biologique est encouragée par la politique agricole commune en Europe (Ohlund and al., 2015). Cet engagement reste toutefois soumis à débat et ne fait pas l’unanimité. Les récents débats autour du Glyphosate révèlent combien l’agriculture durable mais plus encore la responsabilité sociale et environnementale de l’agriculture est importante pour les populations et en même temps combien elle est source d’interrogations pour les agriculteurs.
Une des principales interrogations concerne la signification de ce que recouvre la notion de développement agricole durable. Si les travaux précurseurs montrent que l’enjeu principal d’une agriculture durable est la protection de la planète (pilier écologique), le développement agricole durable a progressivement intégré de nouveaux enjeux comme l’aménagement des territoires ruraux, la réduction des inégalités en milieu rural, le bien-être animal, etc. Autrement dit, l’interrogation porte dorénavant sur un périmètre plus large : la responsabilité sociale et environnementale de l’agriculture. Cette extension du périmètre dépasse donc les questions environnementales. Elle intègre par exemple les problématiques de bien-être, de circuits courts de distribution et de niveau de vie. Cette approche RSE n’a-t-elle pas complexifié ce qui était initialement attendu de l’agriculture durable, au point de rendre ses véritables missions floues ? A titre d’exemple, les initiatives pionnières militantes telles que celles des AMAP qui fonctionnent sur la base de relations denses de proximité avec l’entrepreneur agricole autour de valeurs partagées laisseront-elles place à des pratiques moins confidentielles de modification des circuits alimentaires mais dont l’aspect relationnel et sociétal serait délaissé ?
Dans ce cadre, la session spéciale a pour objectif de questionner les fondements de la responsabilité sociale et environnementale agricole et de réfléchir aux contours futurs de l’agriculture durable.
Semi-professionnelle, la session est ouverte à des chercheurs de toutes disciplines et aux parties prenantes à l’activité agricole qui accompagnent les agriculteurs dans le développement agricole durable (chambres d’agriculture, consultants, assurances, banques, agriculteurs, consommateurs amapiens, etc.). Le but est de fournir une vision à la fois historique, prospective et kaléidoscopique de la RSE agricole afin de donner du sens à cette pratique, de codifier les valeurs qu’elle sous-tend et d’orienter l’action des acteurs du monde agricole vers un destin commun.
 
Sonia AISSAOUI, Roland CONDOR, Pascale BUENO MERINO, Samuel GRANDVAL
Lien colloque: