17èmes et 18èmes Rencontres sur la prospective des métiers - Appel à communications

 

 


Argumentaire

Les transformations actuelles de la société et du monde en général viennent questionner les formes du travail et les modalités de piloter les personnes et les organisations. À l’heure des organisations plus « libérées », des réformes structurelles de la formation professionnelle entre autres, des innovations numériques, des attentes renouvelées des collaborateurs, etc., c’est finalement la question du travail, de ses représentations, de ses enjeux, de ses modalités de pilotage, de ses acteurs, etc. qui se trouve au centre des débats. Les enjeux de demain, dans un monde nouveau, reconfiguré nous interrogent sur les mutations en cours, les adaptations nécessaires, les accompagnements possibles. L’ubérisation du travail, l’explosion des travailleurs indépendants, l’évolution du travail à la carte via des plates-formes numériques, bousculent déjà les formes de travail classiques et soulèvent des questionnements, des craintes quant à l’avenir du travail de demain.

Le travail demain : comment ?, pourquoi ? où ? avec qui ? Toutes ces questions liées au sens du travail, aux modalités du travail, aux acteurs, aux lieux et conditions de travail, mais aussi aux compétences nécessaires sont autant de sujets qui conduisent chercheurs et praticiens à se réunir pour en débattre afin d’éclairer au mieux le champ des possibles. Si la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel dessine les orientations, les modalités pratiques, les ruptures qu’elle génère et les inquiétudes qu’elle suscite doivent nous permettre de poser les bases d’un cadre renouvelé, postmoderne dirons certains, du vivre ensemble et du travailler ensemble. Dans ce contexte, quels rôles pourront /devront jouer les dirigeants, DRH/RRH, managers… Assisterons-nous à une remise en cause des pratiques classiques de gestion au profit de pratiques managériales plus contemporaines plus respectueuses et plus « démocratiques » ?, quels rôles les normes, les territoires, les règles auront à prendre dans ces nouveaux écosytèmes qui structureront le travail de demain ?

À cette occasion, les initiatives des rencontres historiques de Prospective des Métiers et les Rencontres Interdisciplinaires se regroupent afin d’organiser deux journées de réflexion et de construction de pistes d’action opérationnelles autour du thème : Travailler demain. Les déclinaisons de ce thème seront concentrées autour de la problématique des normes et de leurs évolutions, des enjeux de territoire (territorial et thématique) et des enjeux de montée en compétences au regard des mutations du travail. Ce colloque commun sera également l’occasion d’asseoir le groupe interdisciplinaire PIMS (Prospective et Innovations Managériales et Sociales, hébergé à la MRSH Caen Université).

Les principaux thèmes qui pourront être débattus lors de ces rencontres sont les suivants :

  • les mutations du travail et les nouveaux paradigmes
  • les compétences de demain
  • les enjeux des soft skills
  • les organisations de demain
  • le management et la cybercriminalité
  • l'avenir des relations humaines
  • l'expérience collaborateur
  • le pilotage RH dans une logique de "bien commun"
  • le pilotage managérial à l'ère postmoderne
  • le manager de demain
  • le travail dans les métiers du « care » ;
  • les nouvelles formes d’engagement au travail
  • les enjeux de carrières et des trajectoires professionnelles
  • les organisations de demain et leurs frontières
  • le vocabulaire pour parler du travail demain
  • les méthodes, outils et pratiques pour penser le travail demain
  • les parcours de développement des compétences demain
  • les pratiques d’orientation renouvelées sur les métiers et compétences dits de gestion
  • les innovations pédagogiques de demain
  • les approches de santé et bien-être au travail demain
  • les configurations du travail de demain
  • les spécificités sectorielles des approches managériales et prospectives
  • les spécificités demain du management public et territorial
  • les enjeux de l’interdisciplinarité pour penser le management de demain
  • les mots de demain pour penser l'action territoriale –
  • management et gouvernance : quelles perspectives demain ? –
  • rupture de paradigme sociétal et managérial et visions des collectivités territoriales de demain
  • bien commun et management
  • New management public et postmodernité - Numérique et intelligence économique territoriale
  • les mutations des métiers de l’Administration territoriale - dans les secteurs de l’urbanisme, de la commande publique, de l’aide et de l’action sociales etc. –
  • normes, droit et management
  • les enjeux du territoire pour le travail de demain
  • etc.
Les meilleures communications feront l’objet de publications académiques.

Calendrier

  • Remise des communications : 10 octobre 2018
  • Texte de 15 pages maximum aux normes de Management&Avenir
  • Retour des évaluateurs : 10 novembre 2018

Comité Scientifique

Comité organisateur PIMS
Aline Scouarnec (Université Caen Normandie, ESSEC Executive Education), Sébastien Payre (Université Caen Normandie), Mohamed Tissioui (Université Caen Normandie), Grégory Godiveau (Université Caen Normandie, CRDFED), François Silva (Kedge Business school)
 

Isabelle Barth INSEEC
Chafik Bentaleb Université Cadi Ayaad, Marrakech
Charles-Henry Besseyre des Horts HEC
Marc Bonnet Université Lyon 3, ISEOR
Jean-Philippe Bootz Ecole de Management de Strasbourg
Frank Bournois ESCP-Europe
Franck Brillet IGAEN
Pascal Buléon Université Caen Normandie, MRSH
Laurent Cappelletti Cnam-ISEOR
Jean-Luc Cerdin ESSEC
Marie-Christine Chalus Université Lyon 3, Magellan
Véronique Chanut Université de Paris 2, CIFFOP
Sylvie Cieply Université Caen Normandie
Pauline Désert-Faverie Barreau de Caen
Christian Défelix Université de Grenoble
Rémy Février Cnam
Patrice Georget Université Caen Normandie
Annabelle Hulin Université de Tours
Isabelle Grand Université Caen Normandie
Jacques Igalens Université de Toulouse
Clémence Joffre EMN
Patrick Joffre Université de Caen Normandie
Said Khalla Université de Caen Normandie
Arnaud Lacan Kedge Business School
Florence Lerique Université de Bordeaux, CERCCLE
Alice Le Flanchec Université de Paris 1
Florence Noguera Université de Montpellier 3
Jean-Marie Peretti ESSEC
Gwenaëlle Poilpot-Rocaboy Université de Rennes 1
Laurence Potvin-Solis Université de Caen Normandie, CRDFED
Pierre-Charles Pupion Université de Poitiers
François Silva Kedge Business School
Peter Stokes Université de Chester
Maurice Thévenet ESSEC
Zahir Yanat Kedge Business School
Yvon Pesqueux CNAM

 

Recommandations aux auteurs

Les communications auront une longueur maximum de 12 à 15 pages (maximum), en simple interligne. Les manuscrits comportent un bref résumé en français et en anglais de 400 signes maximum, ainsi que les mots-clés pour chaque résumé (titre également traduit). Le nom de l’auteur et sa courte présentation, son appartenance institutionnelle, son e-mail et l’adresse complète doivent figurer uniquement en page de garde. Les articles ne doivent pas comporter d’annexes : tableaux, schémas, images et autres ajouts (en noir et blanc) sont insérés dans le texte. Les parties suivent une numérotation simple : 1., 1.1., 1.1.1., etc.

  • Titre : Times 18 en gras
  • Nom de l’auteur : Times 14 en gras
  • Résumé et Abstract : Times 16 en gras, puis contenu en Times 12
  • Titre 1. : Times 14 en gras
  • Titres 1.1. : Times 12 en gras
  • Conclusion : Times 14 en gras
  • Bibliographie : Times 14 en gras, puis contenu en Times 12, suivant le modèle suivant :
    • Ouvrage : nom de l’auteur et initiale du prénom, date de publication, Titre de l’ouvrage, Editeur, Lieu d’édition, (exemple : Mintzberg H. (1994), Grandeur et décadence de la planification stratégique, Dunod, Paris).
    • Article : nom de l’auteur et initiale du prénom, date de publication « Titre de l’article », Titre de la revue, Vol. x, No. x, p. x-y, date de publication (exemple : Koenig G. (1996), « Karl E. Weick », Revue française de gestion, No. 108, p. 57-70, mars-avril-mai).

Les titres, intertitres, « chapeaux » et textes en exergue sont de la responsabilité de la rédaction de la revue qui se réserve le droit de modifier ceux qui sont proposés par l’auteur.